3/05 2012

L’être humain prendrait des décisions plus rationnelles dans une langue étrangère

Des chercheurs de l’Université de Chicago viennent de découvrir un motif supplémentaire à l’apprentissage d’une langue secondaire.

En effet, dans leur dernière étude en date, publiée la semaine dernière, les chercheurs de l’Université de Chicago indiquent que l’être humain fait des choix plus “rationnels” lorsqu’il tente de résoudre une problème par le biais de sa langue secondaire.

Bzoaz Keysar, psychologue et chercheur à l’Université de Chicago affirme que “l’aversion des êtres humains à renoncer à des opportunités est moindre lorsqu’ils y pensent dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle.

Pour en arriver à cette conclusions, les experts chercheurs de l’Université de Chicago ont étudié et analysé les résultats de six expériences précédentes réaliser sur 3 continents et comptant plus de 600 participants.

Les participants se donc sont exprimés en différentes langues lors de ces précédentes études et notamment en: anglais, en coréen, en français, en japonais et en espagnol.

Les participants ont du démontrer leurs compétences linguistiques dans l’exercice de leur langue secondaire. Le but des chercheurs était de déterminer l’importance de l’aversion aux perte dans la prise de décision.

Pour se faire, les chercheurs ont menés une série d’expériences. Suite à certains essais, l’équipe de chercheurs à noté que les individus était plus “susceptibles de prendre des risques favorables” si les options qui s’offraient à eux étaient pesées dans une langue étrangère.

Lors de test en situation réelle, les chercheurs ont tenté de mettre à l’épreuve les sujets anglophones en les plaçant dans une vraie situation de pari. Les personnes devaient prendre des décisions en anglais et en espagnol. Les résultats ont montré que 54% des sujets ont parié lors qu’ils pensaient en anglais. Lorsqu’ils pensaient et prenaient leur décision en espagnol, 71% des sujets étaient prêtes à parier sur le court terme et présentaient donc une aversion au risque moins importante que celle exprimée par leur choix en langue anglaise.

Cependant, certains journalistes comme ceux du magazine The Business Week, pensent qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant les résultats de cette étude car selon eux: “un grand nombre d’expériences montrent que les émotions sont extrêmement précieuses dans la prise de décision”.

Les journalistes du Business Week, soutiennent qu’il faut “déterminer pour quel type de décisions il serait mieux de penser en langue étrangére”.

Pour en savoir plus sur cette étude scientifique (en langue anglaise).