Comment les équipes de développement de produit tirent-elles parti de la localisation continue ?

Comment les équipes de développement de produit tirent-elles parti de la localisation continue ?


Il y a quelques mois, nous parlions de la pertinence du développement Agile pour une commercialisation plus rapide des produits dans le secteur de la programmation, via la méthode de développement Scrum. Dans un monde de plus en plus numérique et connecté, où la conception de nouveaux logiciels semble intarissable — même lorsqu’une nouvelle version vient de paraître —, les utilisateurs de chaque pays demandent de plus en plus à ce que le dernier logiciel soit disponible en temps réel dans leur langue.

Historiquement, les procédures de localisation destinées aux équipes de développement s’appuyaient sur la traditionnelle approche en cascade. Elles impliquaient un codage des produits en cycles réguliers et, par conséquent, un envoi en traduction de larges portions de codes par lots.

Lorsqu’un produit était actualisé, le codage devait être interrompu et le contenu était envoyé aux agences de traduction en plusieurs parties. Le contenu localisé était ensuite téléchargé dans le système avant d’être diffusé.

Les développeurs devaient souvent attendre des jours, voire des semaines, avant que les traductions ne leur parviennent et, dans certains cas, des traductions mal payées, et donc de mauvaise qualité, donnaient lieu à des problèmes de qualité et à une extension des délais. Parfois, les produits étaient dévoilés à l’échelle locale, avec certaines parties du contenu toujours dans leur langue source, très souvent en anglais. Pour les utilisateurs finaux, non seulement cela paraissait peu professionnel, mais surtout, cela les forçait à utiliser un produit obsolète, dans une langue qu’ils ne comprenaient pas.

Une nouvelle méthode

Les entreprises commencent à prendre conscience des problèmes générés par ces approches existantes et optent désormais pour une localisation continue, afin que les utilisateurs des différentes régions, qui parlent des langues différentes, puissent mettre la main sur le même logiciel, en temps réel.

Du côté des développeurs, la localisation continue offre la possibilité de travailler au rythme de leurs processus de développement agile. Plus souvent utilisée pour les applications mobiles — qui nécessitent des mises à jour constantes pour être pleinement fonctionnelles —, la localisation continue consiste à localiser des volumes de contenu plus petits et plus fréquents, tout en continuant à produire des chaînes de développement agile, plutôt que d’opter pour des lots de contenu plus conséquents, à intervalles plus espacés.

Intrinsèquement, la localisation continue donne lieu à un processus de localisation léger, rapide et efficace, et permet la gestion des formats les plus communément utilisés par les développeurs.

La livraison continue permet également d’éradiquer les potentielles entraves à la diffusion traditionnellement rencontrées lors des processus de localisation par lots, ainsi que les phases de relecture fastidieuses réalisées par les réviseurs. Le principal avantage de cette méthode de traduction uniforme repose sur le fait que les équipes de développement peuvent désormais se concentrer sur la programmation, sans jamais devoir interrompre le processus de développement.

La clé du succès

Comme les versions localisées d’un produit auront toujours un léger retard sur les versions originales, il est probable que certaines lignes de code en langue source apparaissent toujours dans les versions localisées en cours de traduction. La clé du succès repose sur une réduction maximale des points de contact et la définition d’une méthode de transfert de fichiers cohérente.

En intégrant une plateforme d’automatisation de la localisation au sein d’un cadre de développement agile, les développeurs pourront créer des flux de travail personnalisés pour chaque projet, envoyer des chaînes de contenu en traduction, récupérer les traductions et les réimporter dans le produit, tout en réduisant les délais d’exécution et les dépenses, et en bénéficiant de traductions de meilleure qualité.

Que la localisation des applications soit menée à bien par une équipe de traduction interne ou un fournisseur de services linguistiques réputé, il est essentiel que les développeurs travaillent avec des linguistes capables de comprendre l’importance des délais, lorsqu’ils localisent du contenu via ce processus rigoureux et uniforme.

Le moindre retard peut sensiblement retarder la mise à jour d’un produit sur son marché cible. Par conséquent, les équipes de développement qui travaillent sur des systèmes critiques doivent pécher par excès de prudence et s’associer à un prestataire de services linguistiques fiable.

Gérer les relations

Les contraintes de temps sont une problématique fréquente pour les développeurs agiles et pour que leurs projets puissent sortir dans les délais, les entreprises technologiques devront solliciter des chefs de projets et des réviseurs spécialisés en interne afin de superviser le processus de localisation. Ainsi, les développeurs ne se concentreront que sur la conception des projets.

Pour cela, il faut également s’assurer que la plateforme d’automatisation de localisation intégrée fonctionne correctement, que les tâches ont bien été attribuées aux linguistes et que les corrections ont bien été intégrées dans le produit au moment opportun.

Il est également nécessaire qu’un chef de projet de localisation proactif se concentre sur la sensibilisation des diverses équipes de l’entreprise aux complexités de la livraison continue, tout particulièrement auprès des équipes de développement ayant eu des expériences négatives aux côtés d’experts en localisation lors de précédents projets.

Les équipes de développement qui travaillent avec des fournisseurs de services linguistiques sont encouragés à inviter les linguistes dans leurs locaux pour les tâches qui impliquent des compétences spécifiques, par exemple lorsqu’un linguiste est en mesure de traduire une langue dans les deux sens. L’arabe s’est révélé difficile à tester avec des outils qui observent son code sous son état statique, en tant que code source. Le fait d’avoir un expert linguistique bidirectionnel à disposition capable d’observer le code en vue de le faire fonctionner pourrait être l’approche la plus efficace.

Les flux de travail flexibles sont essentiels à la réussite du processus de localisation. Gary Lefman, responsable de l’internationalisation de Cisco Systems, explique qu’il « n’existe pas de manière figée pour mener à bien ce type d’activités » et que les flux de travail du géant technologique californien sont calibrés en fonction de la méthode de travail des équipes de développement.

Pour les entreprises qui découvrent la localisation continue, il est important que les équipes de développement prennent le temps de définir un flux de travail efficace, permettant d’identifier le moment où les chaînes de contenu doivent être envoyées aux linguistes et celui où le produit doit être dévoilé. Les experts sont convaincus que plus les équipes de développement consacrent du temps à identifier le flux de travail adapté à leur besoin, meilleurs sont les résultats.

Même si le processus de localisation continu implique des dépenses en localisation plus élevées, la stratégie de livraison continue permettra aux développeurs d’accélérer la mise en marché de leurs produits, afin que les utilisateurs puissent profiter du contenu le plus à jour possible, dans la langue qu’ils maîtrisent. Une victoire aussi bien pour les équipes de développement que l’utilisateur final.

Grâce aux applications mobiles et aux grandes entreprises technologiques comme Cisco et Evernote, qui encouragent la croissance de la localisation continue à un stade précoce, on peut présumer que cette approche deviendra la norme pour l’ensemble des équipes de développement agile à l’avenir.

Articles associés

S'abonner à notre lettre d'information