10/07 2012

Danone se voit contraint par la justice de traduire un de ses logiciels en français

Des salariés de l’usine Danone de Saint-Just-Chaleyssin en Isère (38) avaient attaqué en justice leur employeur. Leur requête était la suivante : obtenir la traduction en français d’un logiciel de travail en anglais.

200 à 300 personnes dans l’entreprises étaient amenées à travailler avec ce logiciel. Toutes ne maîtrisant pas l’anglais il était assez difficile pour eux de travailler sur ce logiciel.

Comme le souligne Mario Pisanu, délégué CGT : “C’est une véritable barrière pour les salariés qui ne parlent pas cette langue et une forme de discrimination”.

Le Tribunal de Grande Instance de la Vienne a donné raison aux employés de la multinationale et à ainsi donné à l’entreprise six mois pour procéder à la traduction du logiciel.

En effet, la loi Toubon du 4août 1994 impose “l’usage obligatoire de la langue française” sur le lieu de travail sur le territoire français pour les entreprises employant des salariés français.

La direction de la multinationale avait proposé un logiciel et des lexiques de traduction mais ces derniers avaient été jugés difficiles d’utilisation. Le Tribunal de Grande Instance de la Vienne soutient que ces outils pourraient engendrer des erreurs et que les initiatives de la direction du groupe ne sont que des “palliatifs” .

Danone dispose donc de six mois pour réaliser la traduction de son logiciel sous peine de sanctions. Cette sanction d’ordre financier obligerait la société à payer une amende de 1000 euros par jour au delà des six mois exigés par le tribunal.

Les salariés quant à eux célèbrent leur victoire et comme le souligne Mario Pisanu, délégué CG “Nous sommes très contents, nous avons mené une bataille qui n’était pas simple, mais finalement nous avons eu raison de le faire”.