18/07 2013

Google Traduction sauve la vie des touristes russes

Un garde-rivière de Frenchtown dans le New Jersey a eu la présence d’esprit d’utiliser la technologie de traduction de son smartphone afin d’éviter un désastre il y a quelques semaines.

Scott Johnson, âgé de 46 ans et ancien gendarme retraité ayant vécu à Frenchtown toute sa vie, quittait la patinoire avec son fils le 30 juin à 13h. Alors qu’il quittait l’allée, il jeta un œil de l’autre côté de la Route 29, en direction de l’embarcadère de Kingwood, et aperçu une famille sur le point de se baigner dans la rivière Delaware.

Il déclara avoir vu « plusieurs objets flottants et une famille affairée autour. J’ai alors dit à mon fils ‘ils ne peuvent pas aller dans la rivière… ça va mal se terminer’. Quelqu’un est mort à Knowlton la veille. »

Il y a depuis peu une recrudescence d’incidents dans lesquels les baigneurs et canotiers ont été submergés par les courants tristement célèbres de la rivière. Deux semaines auparavant seulement, un homme de 70 ans de l’Illinois s’est noyé en faisant du canoë sur la rivière Delaware en crue, dans la commune de Lower Mount Bethel, dans le comté de Northampton. Quelques jours plus tard, deux adolescents se sont noyés dans leur véhicule après avoir fait une embardée pour éviter une autre voiture, conduisant leur pick-up à se jeter dans la rivière.

Johnson se rendit jusqu’au parking de l’embarcadère, pensant « Mince alors ! Ces objets sont des jouets de piscine. » Il ne s’agissait même pas de véritables radeaux, seulement des monocoques en plastique. Johnson aborda un « monsieur plus âgé » pour lui demander s’il comptait aller dans la rivière.

“Il répondit ‘pas d’anglais’. J’ai donc essayé de faire des gestes : ‘c’est dangereux, vous allez vous noyer dans tous les cas’. Mais il continua de répondre ‘pas d’anglais’”, expliqua M. Johnson.

Heureusement, M. Johnson sut réfléchir rapidement et demanda aux baigneurs quelle langue ils parlaient, ce à quoi ils répondirent « russe ».

“Bien”, pensa Johnson, “Comment dire à cette homme… Ah ! J’ai mon téléphone portable avec l’application Google Traduction. Je ne l’ai jamais essayée avant.”

Il commença à taper l’histoire d’une noyade survenue dans le comté de Warren, expliquant que le courant était trop rapide, que leurs flotteurs étaient peu sûrs, la rivière haute, et qu’un orage allait arriver.

“Vous ne devriez pas vous baigner”, conclut Johnson.

Un autre homme russe accompagné de deux fillettes arriva, se joignit à la conversation, puis Johnson montra la traduction aux deux hommes.

“Ils m’ont alors adressé un sourire et des signes de la main en guise de reconnaissance, puis ont commencé à remballer leurs affaires. Mon fils et moi-même sommes repartis », Johnson expliqua. « Je sentais qu’il fallait au moins que je les prévienne, puisque malheureusement beaucoup de gens qui ne connaissent pas la rivière viennent ici et y trouvent la mort. »

Quelqu’un d’entre vous a-t-il déjà vécu une expérience où la traduction automatique a permis d’éviter des situations dangereuses ? Si oui, faites-en nous part.