16/07 2013

La ponctuation dans différentes langues

Les signes de ponctuation structurent et organisent l’écrit, et indiquent les pauses et l’intonation à suivre quand un texte est lu à voix haute. L’origine de la ponctuation vient de la rhétorique classique, l’art oratoire. Lorsqu’un discours était rédigé en Rome et Grèce Antique, des signes de ponctuation étaient utilisés pour signaler à quel moment et pour quelle durée l’orateur devait faire une pause. Ces pauses ont été nommées selon les sections qu’elles découpaient. La plus courte était une virgule (« quelque chose de coupé »), la section la plus longue était appelée un point (« une section avec un début et une fin ») et entre les deux existait un deux-points (« membre / portion »).

La ponctuation peut changer radicalement le sens d’une phrase :

Le professeur, dit l’élève, est idiot.

Le professeur dit : l’élève est idiot.

Néanmoins, les règles de ponctuation varient beaucoup d’une langue à une autre. Le Grec utilise le point-virgule (;) à la place du point d’interrogation (?), tandis que le deux-points (:) et le point-virgule (;) sont exprimés par un point en haut (•). La question « Comment vas-tu ? » en français deviendrait en grec « Comment vas-tu; ».

L’espagnol écrit et ses dialectes tels que le catalan utilisent des points d’interrogation et d’exclamation inversés (¿ / ¡) en début d’interrogation et d’exclamation, en plus de ceux en fin de phrase (? / !). Contrairement aux signes de fin de phrase qui sont entièrement au-dessus de la ligne, les signes inversés sont placés à moitié sous la ligne. Ces signes de ponctuation supplémentaires permettent aux lecteurs de reconnaitre les questions et exclamations dans de longues phrases.

Les deux phrases en français « Aimes-tu l’été ? » et « Tu aimes l’été. » sont traduites respectivement par « ¿Te gusta el verano ? » et « Te gusta el verano. », puisqu’il n’existe aucune différence dans l’ordre des mots d’une question et d’une affirmation en espagnol. Dans le cas où il existe, dans une même phrase, à la fois une partie déclarative et interrogative, la question est isolée à l’aide du point d’interrogation inversé. Par exemple : En el caso de que no puedas ir con ellos, ¿quieres ir con nosotros? (‘Au cas où tu ne pourrais pas aller avec eux, voudrais-tu venir avec nous ?’).

L’écriture des chiffres en anglais est différente du français et de l’allemand. Le point (.) est utilisé pour les chiffres décimaux et la virgule (,) comme séparateur de milliers. Tandis qu’une étiquette de prix en français et en allemand indiquerait qu’un article coûte 1,99€, la même étiquette au Royaume-Uni afficherait £1.99 (on notera également que le symbole « £ » est placé avant le prix, tandis que l’euro est placé après les chiffres). De plus, contrairement au français où un espace est requis à la fois avant et après la plupart des signes de ponctuation ( : / ; / ! / ?), l’ensemble des signes en anglais ne nécessitent qu’un seul espace, situé après ceux-ci. En allemand et certaines autres langues européennes, les guillemets introduisant une citation sont différents : „Wie geht es dir?”, fragte sie. (« Comment vas-tu ? », demanda-t-elle.) .

Les langues arabe, persane et ourdou, écrites de droite à gauche, utilisent un point d’interrogation inversé (؟) ainsi qu’une virgule inversée (،). Il s’agit cependant d’une invention moderne, puisque l’arabe classique n’utilisait aucune ponctuation. A l’inverse, l’hébreu, qui s’écrit également de droite à gauche, utilise les mêmes signes de ponctuation que l’anglais.

La langue thaïe n’utilise aucun espace entre les mots dans une phrase. Néanmoins, le thaï dispose de certaines règles qui permettent aux lecteurs de comprendre un texte plus facilement, comme par exemple les voyelles. Certains caractères (เ, แ, โ, ใ, ไ) introduisent une syllabe, et le symbole (ะ) termine une syllabe. Cela signifie qu’il est beaucoup plus facile de lire une phrase en Thaï que ce qui suit :

Untexteécritenfrançaisdonnemoinsd’indicationssurlaséparationdesmots

Connaissez-vous d’autres différences de ponctuation dans votre langue ? Faites-nous en part.