Service de traduction en mandarin

Nous sélectionnons des traducteurs professionnels en mandarin pour chaque client et nous les briefons sur votre travail pour leur permettre d’appréhender votre projet de traduction avec les compétences et les outils nécessaires les mieux adaptés.

Nous avons développé nos propres outils afin de vous offrir le meilleur service professionnel de traduction en mandarin en termes de sécurité et d’efficacité. Nous disposons d’équipes de linguistes spécialisés en mandarin dans des champs d’expertise divers. Ces linguistes connaissent le secteur pour lequel ils travaillent et ont une expérience, des connaissances et des compétences en rapport avec les projets que nous leur attribuons.

Agence de traduction en mandarin

Bien que la majorité de nos linguistes spécialisés en mandarin soient situés en Chine, nous disposons également d’un grand nombre de traducteurs et d’interprètes ayant pour langue native le mandarin présents dans le monde entier. Nos chefs de projet ainsi que nos équipes de traducteurs sont présents partout dans le monde nous permettent de vous offrir un service de qualité lorsque vous avez des exigences pointues en termes de délais.

TranslateMedia propose ses services de traduction en mandarin dans les domaines juridique, financier, technique, médical et est également compétent en matière de traduction de document et de site web.

A propos du mandarin

Le mandarin est constitué d’un ensemble de dialectes chinois parlés dans la majeure partie du nord et du sud-est de la Chine. Puisque les dialectes mandarins sont surtout parlés dans le nord de la Chine continentale, la langue est parfois appelée « dialecte du nord » par les Chinois. Lorsque l’on considère le mandarin comme une langue à part entière, celle-ci compte plus de locuteurs natifs que n’importe quelle autre langue moderne, avec près d’un milliard de personnes dans le monde.

Certains dialectes mandarins ne sont pas mutuellement intelligibles et un locuteur d’un dialecte du sud-ouest aura par exemples des difficultés à communiquer avec un locuteur d’un dialecte du nord-est, notamment à cause des différences de tons. Néanmoins, ces divergences au sein de la langue sont moins notables que celles qui existent entre d’autres dialectes chinois. Cela serait dû à l’expansion récente du mandarin à travers la Chine et à l’amélioration de la communication et du transport en comparaison aux régions montagneuses du sud de la Chine.

Pendant la majeure partie de l’histoire de Chine, la capitale se trouvait dans la zone mandarine, permettant aux différents dialectes de devenir relativement influents. Depuis le 14ème siècle, une forme de mandarin sert de langue véhiculaire. Au début du 20ème siècle, une forme standard basée sur le dialecte de Pékin, avec des éléments d’autres dialectes a obtenu le statut de langue nationale. Le chinois standard, également appelé mandarin, pǔtōnghuà ou guóyǔ, est la langue officielle de la République de Chine (Taiwan) et de la République populaire de Chine, et l’une des quatre langues officielles de Singapour. Il s’agit également de l’une des formes du chinois les plus utilisées par les communautés de la diaspora chinoise dans le monde.

Le terme français « mandarin » provient du mot portugais mandarim, lui-même provenant du malais menteri, emprunté au sanskrit mantrin, signifiant ministre. Il s’agit de la traduction du chinois guānhuà qui signifie littéralement « langue des mandarins » ou « magistrats de l’Empire ».

Dans l’usage quotidien, le terme « mandarin » fait référence au mandarin standard ou chinois standard, souvent réduit à « chinois ». Le chinois standard tient ses origines du dialecte parlé dans la capitale de Pékin, avec une certaine influence lexicale et syntaxique d’autres dialectes mandarins. Il s’agit de la langue d’enseignement principale à Taiwan et en République populaire de Chine. Le mandarin est l’une des six langues officielles des Nations Unies, où il est appelé simplement « chinois ». En sa version standardisée, la langue est généralement appelée Pǔtōnghuà (« langue commune »), Guóyǔ à Taiwan (« langue nationale ») et Huáyǔ notamment à Singapour et en Malaisie (« langue chinoise »).

Le terme « mandarin » est utilisé par les linguistes pour désigner la catégorie de dialectes parlés dans le nord et le sud-ouest de la Chine, que les natifs appellent Guānhuà. Le terme alternatif Běifānghuà, qui signifie « parlers du nord », est de moins en moins utilisé par les linguistes chinois. Le terme « chinois médiéval » est utilisé lorsque l’on fait référence à des dialectes du nord écrits dans des textes datant de la dynastie Yuan.

Des natifs qui ne sont pas spécialistes en linguistique n’ont pas nécessairement conscience que les langues différentes qu’ils parlent sont classées en linguistique comme appartenant au mandarin au sens large. Il n’existe pas une identité culturelle liée au mandarin seul, mais plusieurs identités régionales fortes centrées autour des dialectes, notamment à cause de la diversité culturelle et de la distribution géographique large de ses locuteurs. Les Chinois qui parlent une forme différente du mandarin standard désignent leur dialecte en fonction du lieu géographique ; par exemple le dialecte du Sichuan ou celui du nord-est.

Comme pour les autres dialectes chinois, l’appellation du mandarin comme langue ou dialecte relève d’une certaine controverse.

Les Hans qui vivent dans le sud-ouest et le nord de la Chine utilisent un dialecte du mandarin comme langue maternelle. Le peu de barrières migratoires dans la région du nord de la Chine et la géographie spécifique à la grande plaine du Nord de la Chine ont entrainé une homogénéité linguistique dans la région. A l’inverse, les régions montagneuses et fluviales du sud de la Chine ont eu pour conséquence une plus grande diversité linguistique (six autres catégories de dialectes chinois).

Malgré cela, les différentes formes du mandarin couvrent une zone considérable qui abrite près d’un milliard de personnes. Par conséquent, il existe des différences selon les régions en termes de vocabulaire, de prononciation, de grammaire, et beaucoup de dialectes mandarins ne sont pas mutuellement intelligibles.

La majeure partie du nord-est de la Chine, à l’exception de Liaoning, n’a pas été colonisée par les Hans avant le 18ème siècle. Les dialectes mandarins du nord-est diffèrent ainsi légèrement du mandarin de Pékin. L’accent des habitants de l’ancienne zone mandchoue, reste le plus proche du mandarin actuel. Les zones frontalières du sud-ouest et du nord-ouest ont été colonisées par des locuteurs mandarins, et les dialectes dans ces provinces rappellent fortement le mandarin d’origine. Toutefois, les grandes villes implantées depuis longtemps et proches de Pékin telles que Baoding, Tianjin, Shenyang et Dalian ont des dialectes très différents.